Quelle soirée !

La nuit dernière, j’étais invitée à la pendaison de crémaillère d’un ami (J). J’y suis allée avec un ami (O), faisant partie du Cercle des Sept. Direction un village au nord de Marseille, alors qu’il fait chaud en ce 11 Mai. Question vêtement, je reste dans le classique : jean slim bleu et tee-shirt rouge. Je veux bien qu’on aille chez des amis, mais je n’allais pas sortir la robe rouge et talons aiguilles, que je n’ai pas d’ailleurs et c’est bien ça le drame.

Donc. on arrive en début de soirée, alors que le Soleil se couche derrière le Garlaban. Nous sommes les premiers arrivés. Petit détail, J est gay, en couple avec A. Il n’est pas au courant pour ma transidentitié, bien que je me doute que cela ne lui poserait pas trop de soucis. L’heure avance un peu, une ami de A arrive. La bise, bonjour enchantée (haha à l’oral on n’entends pas le « e » final), moi c’est [ancien prénom] (ce que j’aurais voulu dire Damia…). Quelque chose m’intrigue et attire rapidement mon regard : son pendentif porte sur une plaque deux symboles féminins imbriqués. Ah ben génial, une lesbienne :D. Je vais l’appeler G dans mon histoire car le A est déjà pris. Nous commençons par nous servir un peu à boire. Rosé pour moi, bière pour O, Caribean Rhum + orange pour elle, bière pour J et A. D’autres convives arrivent : un ancien voisin de J, la voisine du dessus, deux autres filles et un collègue de travail de J et sa femme. Les discussions s’enchaînent, nous buvons. Je reste sur du rosé, et j’attaque du rouge (du Bergerac).

Téléphone qui vibre. Ma mère qui me téléphone. Je m’absente du groupe, et m’isole un peu pour converser avec elle. Elle sait tout à mon sujet comme je l’ai dit, ça ne lui pose pas de problèmes, ni d’inquiétudes. Je suis déjà un peu -euphémisme- pompette. Voire assez éméchée :D. Bon, vaille que vaille, nous discutons, assez longuement d’ailleurs. Je lui évoque la fameuse anecdote de la salle d’attente («Bonjour Mesdames» Attends, tu peux redire ça ? *_*). Cela nous fait marrer. Elle me parle du paquet qu’elle m’a envoyé pour mon anniversaire, savoir si je l’ai bien reçu, je dis que non. Je dis aussi que j’aurais bien voulu une belle robe rouge. Je fais une fixation dessus mais c’est actuellement mon idéal. Même si j’en ai d’autre en tête. Bon, je m’écarte du sujet. Je verse quelques larmes à un moment, je ne sais plus pourquoi. Sans doute je devais lui dire que je vis quelque chose de rare. Nous raccrochons.

Retour. Mon ami O revient en ville, raccompagné par le couple d’ami. Les trois autres filles étaient parties avant, ainsi que l’ancien voisin. Un autre gars est arrivé entre-temps, que je nommerais M. Une shisha a été mise en route. WOUHAI !! Moi qui aime ça ! Nous sommes donc 5 : moi, G, M, J et son copain A. Une question arrive de la part de A :

«- Mais si t’es pas gay, alors t’es quoi ?

– Balaye le spectre LGBT, lui dis-je. Bon « L », on verra, G, non, B, non. Il ne reste plus que T.

– Transsexuel quoi ?

– Oui. Mais attiré par les filles. Pour ça que je réservais aussi le L. Compliqué hein ?

– Donc ça explique pas mal de trucs en fait.»

Ou comment faire un coming-out devant un groupe. G n’aura pas manqué de réagir en me disant qu’elle trouvait ça pas mal de l’avoir dit. J’ai le soutien de tous en fait, qui me disent que si c’est ce que je veux, je n’ai pas de complexes à avoir. Et puis nous parlons THS, vêtements, surtout avec G. Depuis quand j’ai « ça ». L’ambiance à ce moment là est quelque chose qui touche au rêve. Je me risque même à employer la forme féminine pour parler de moi, sans trop provoquer de réactions. Je dévoile aussi mon prénom, celui que je veux porter désormais. Je suis sur un petit nuage. Encore des gens bien formidables. Je leur demande de ne pas ébruiter ça. Je leur fait confiance.

Je passe la nuit chez eux. Et le matin, A : «Bonjour Damia». Moi je souris. «Ah non, je garde encore [ancien prénom] pour le moment, je vais attendre que soit devenu une femme». Comme il veut après tout, je ne vais pas commencer à me formaliser là-dessus.

Donc voilà pour cette soirée assez spéciale au final. C’est le genre de moments que j’espère vivre plusieurs fois. En attendant de me pointer à une soirée en robe rouge satinée, montée sur une paire de chaussures à talon aiguille (Maman, pense à mon anniversaire l’an prochain :D).

Merci de m’avoir lue :).

9 réponses sur “Quelle soirée !”

  1. Génial! ^^ j’adore. En te lisant, j’ai eu le sentiment de revivre mon C.O. auprès de mes meilleur(e)s ami(e)s 🙂
    Bonne continuation à toi 😀
    Biz
    P.S. J’espère que tu auras bientôt ta robe rouge ^^

  2. J’adore la réaction de A et G 😀
    Sympathique récit d’un sympathique moment. Dommage que je n’ai pas pu y assister ^^
    Et BON ANNIVERSAIRE ! (en retard certes, mais ça vient du cœur)

  3. Belle soirée . Sans vouloir être rabat joie , une fois le THS commencé il faudra oublier la Shisha et autre paradis bleus, tout cela ne fait pas bon ménage.

  4. Merci 😉
    @ambre : tu as tout à fait raison de me mettre en garde. De toutes façon j’ai déjà commencé à écarter un peu les consommations diverses. Après durant le THS, totalement sobre.

  5. Quand ça se passe bien comme ça, on est sur un petit nuage. Et ça rassure. Il n’y a pas tant de gens idiots que ça en fait. Mais ce sont ceux qui nous font foncièrement peur car la transition est en effet un point de vulnérabilité, et ton image de passerelle en corde et bois trouve tout son sens. Mets bien les pieds où il faut et tout se passera bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.