Scrutant l'horizon

Franchir le cap. Oser. Pour moi désormais, c’est la seule et unique voie. Je sais ce que je ne veux plus : être un homme. Et le plus tôt sera le mieux. Je ne veux plus faire ne serait-ce que 5 années de plus dans cet état. Je veux pouvoir m’exprimer totalement, ouvertement, montrer aux autre qui je suis. Exprimer cette sensualité. Être moi, enfin moi. Trop longtemps j’ai mis au silence tout ça, allant jusqu’à faire la sourde oreille. C’est fini.
Mon prénom m’a aussi causé problème. Aucun équivalent féminin connu. J’avais une nouvelle fois tort. Il existe un : Damia ! l’origine même de mon prénom. associé à une déesse grecque de la fertilité (c’est aussi Cybèle chez les Phrygiens). Moi qui admire la Grèce antique, cela ne peut pas me faire plus plaisir. Enfin un prénom, bien féminin, une détermination.

Le cap, j’oserais le franchir le mois dernier. Premier rendez-vous chez un psychologue afin d’avoir un regard à priori éclairé. Durant tout mon témoignage, il ne m’interrompra que peu de fois, me demandant de développer certains points. Je lui ait montré que j’ai déjà assez mûrement réfléchi à la question, que selon moi, il n’y a pas trop d’autre choix. J’ignore si c’est une attitude correcte à adopter… En tout cas, il a écrit deux pages manuscrite tout au long de mon intervention, preuve qu’il y avait certainement pas mal de choses à dire. J’aurais un rendez-vous dans une semaine et demi de nouveau. Ce sera l’occasion je pense de développer un peu plus certains points, et d’avoir des réponses.

Changement de vie, nouveaux départs… Je quitterai prochainement Marseille pour Gap. Ce sera l’occasion de faire les choses qui me plaisent (photo et passion pour la météo). Je serais aussi enfin libre car possédant mon propre appartement. D’ici la fin de l’année, je commencerais à constituer l’équipe médicale qui m’accompagnera durant ma transition. Quand je regarde mon corps, je me dis qu’il y a « un peu » de travail, même si celui-ci est en de bonnes dispositions.

Au juste, je sais que ce qui m’attends ne va pas être rigolo, que je traverserai des moments difficiles, qu’il va me falloir assumer. Je sais aussi qu’il n’y aura pas de retour arrière possible une fois le THS enclenché. Mais je suis désormais déterminée. Et je pense que je peux le dire plus que jamais : sûre et certaine.

En cadeau dans cet article (BONUX !), la leçon n°1. Prise de vue réalisée il y a environ 2 ans. J’adore ce petite bustier. Bon par contre, j’ai du rembourrer la partie poitrine, la mienne ne remplissant pas grand chose hélas.

6 réponses sur “Scrutant l'horizon”

  1. En fait, il n’y a pas d’attitude à adopter avec un psy. La seule chose importante est qu’il comprenne ce qu’est d’être d’un genre différent de celui affiché. Après, son travail va surtout consister à aider et soutenir dans les moments difficiles. Si, au grand jamais, il avait trouvé un fameux « trouble psychiatrique surajouté », ce serait un élément qu’il soignerait mais pas en fermant la voie vers l’accomplissement. On n’empêche pas quelqu’un de passer son Bac parce qu’il est schizophrène par exemple ! L’un n’a pas de rapport avec l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.