Douche froide (et rayon de Soleil)

Je tape ces mots, les nerfs presque à vif. Cette journée aura été assez éprouvante.

Pourtant, les choses se présentaient bien. Je réussi du premier coup mon maquillage avec mon liner fraîchement acheté, je met la robe que je porte sur mes photos postées dans un précédent article, le Soleil brille, et je vais à Marseille pour le rendez-vous avec une endocrinologue (vous savez, le THS, toussah). Bref, j’arrive à Saint-Charles sur les onze heures et demi, et me dirige droit vers Luminy, via le métro et le bus. Et je décide de manger au restaurant universitaire, celui-là même où j’ai mangé durant mes années d’étudiante. Celui-là même où je gagnais ma croûte en faisant la plonge le midi et la caisse le soir. Que de souvenirs…
Je croise le directeur. Il ne me reconnaît même pas !! Je lui explique un peu démarche. Totale acceptation de sa part. Le directeur le plus sympa du monde :).

Après le repas, bien copieux, je prends le bus pour l’hôpital de Sainte-Marguerite. Je traverse un dédale de couloirs, un ascenseur et me voici à l’étage du service endocrinologie. Après un attente, on me reçoit.

«Monsieur Bouic ?

– Madame» dis-je, à trop basse voix, et un brun agacée.

Et là, c’est comme si deux mois d’attente s’effondraient. Cette endocrinologue n’est absolument pas compétente pour ce genre de « cas ». Je lui explique que je n’en peux plus d’attendre. Que je ne veux pas avoir affaire avec ces soi-disant « équipes ». Que je ne veux pas mettre par terre près d’un an de travail avec mon psy. Mais elle ne peut rien y faire. Toutefois, elle m’obtiens les coordonnées d’un cabinet médical qui contient en son sein des endocrinologues qui se seraient déjà occupés de trans’. Ni une, ni deux, bus et métro, et j’arrive à l’adresse. J’ai envie de régler les choses vite. Je crois que j’ai jamais exprimé autant de détermination. Je vais à l’accueil, et demande si le ou les endocrinologues se chargent de transgenre dans ma situation. On me réponds que oui. Et l’on me fixe déjà un rendez-vous. C’est pour le 24 Avril. Dans QUINZE jours ! Si ça ce n’est pas du rapide, je ne m’y connais pas. Enfin un rayon de Soleil sur ma petite passerelle qui commençait à se fissurer. Et cerise sur le gâteau : mon dossier est au nom de Damia Bouic ! Cool, uh ?

Je me dis que la journée trouve un dénouement enfin favorable. Je me dirige vers la Corniche de Marseille, et vais me fumer un roulée (toujours sur le long porte-cigarette), sur la terrasse déserte du restaurant Les Dauphins. Des nuages bas mangent le sommet des collines marseillaises à l’Est. Le Frioul et là, imposant, tel un monolithe flottant sur la Méditerranée Eternelle. Je me dis que oui, la journée est belle.
J’attrape à temps le bus pour Perier (ah faut suivre, prenez un plan si vous n’êtes pas devenue comme moi une marseillaise ;)). Et je prends le métro pour Saint-Charles.

Arrivée là-bas, je prends mon billet de train pour Marmande. Car en effet, je compte rendre visite à mes parents que je n’ai plus vus depuis un an et demi (à Marmande on m’aurait cherché en voiture pour m’amener à Bergerac). Le bille en main (départ le lendemain), je prends le TER direction Sausset-les-Pins, et retour à Saint-Julien les Martigues (prenez un plan je vous prie). Je loupe mon premier bus de retour à la maison, mais finalement enchaîne sur le second. Et me voici de retour à la maison.

Ce soir là, je devais téléphoner chez mes parents pour deux choses. L’une pour souhaiter un bon anniversaire à ma mère. Et l’autre pour informer de mon heure d’arrivée à Marmande. Sauf que…

Sauf que je dois faire une analèpse (ou un flashback si vous préférez). Il y a de cela une semaine, j’avais téléphoné à mon père. Il n’était toujours pas informé de ma transition. Je comptais donc faire les choses en douceur. Lui dire que j’étais dans un processus de longue durée, qui allait m’amener à me changer. Que j’étais une trans’. De son côté, je dirais que la réception n’a pas été franchement chaleureuse, mais pas froide non plus. J’ai interprété ça comme une forme d’acceptation. Cela est essentiel car je compte rendre visite à mes parents. Sur ce bon sentiment, je planifie mes horaires, mon séjour.

Sauf que… De l’autre côté du téléphone, j’entends ceci, vociféré par mon propre père :

«JAMAIS tu touchera au livret de famille !!! / Ce sera toujours HOMME et JAMAIS FEMME !! / Je ne l’accepterai JAMAIS !!!»
Et il ne veut voir personne à la maison.

J’ignore s’il le planifiait, ou si c’est son verre de whisky qui lui a dit, mais il ne compte plus me voir. Ni demain, ni plus tard.

La première personne à manifester un tel refus de compréhension de ma transidentité, c’est mon père. C’est comme si un coup de massue faisait trembler ma frêle passerelle. Je croyais que… Eh bien non.

Je ne dirais pas que je suis sous le choc. Je m’y étais préparée quelque part à cette réaction. Mais je l’avais craint. Évitée. Et y faire face, c’est autre chose.

Demain, je n’irais pas rendre visite à ma mère et fêter avec elle son anniversaire. Demain, j’irais rembourser mon billet, avec l’espoir que les choses s’arrangent.

Demain…

9 réponses sur “Douche froide (et rayon de Soleil)”

  1. 🙁 🙁 🙁 ta mère n’a eu aucune réaction où tu ne lui as pas encore dit ? Je suis désolée c’est vraiment horrible la réaction de ton père 🙁

    Sinon pour parler de choses un peu plus joyeuses, c’est chouette pour ton rdv chez l’endocrino 🙂

  2. Oh chiotte c’est vraiment une réaction de merde ! ça me bouffe 🙁

    Je sais bien que rien ne peut atténuer ça pour l’instant mais je voudrais quand même pouvoir te faire un hug et te dire que ça ira mieux un jour… il fait une bourde gigantesque en réagissant comme ça mais toi tu as avancé et c’est ça le principal. Maintenant tu n’as plus ce poids sur la tête. Je t’embrasse très fort et je croise les doigts pour ton rdv !

  3. Oh non, c’est terrible…
    J’éspère que ton père a juste réagi sur le coup de l’émotion et qu’il reviendra vers toi rapidement…
    Bon courage Damia et accroche toi aux rayons de soleil!

  4. Merci merci merci à vous pour vos messages de soutien, ça réchauffe le cœur 🙂

    Je ne me fais pas d’illusions en ce qui concerne mon père. Il restera tel qu’il a toujours été : borné, machiste, arrêté sur bon nombre d’idées… S’il veut renouer le contact (‘tin ça fait quand même bizarre de dire ça…), il le pourra quant il veut, mais en ce qui concerne je ne vais pas faire d’efforts supplémentaire, j’ai d’autres chats à fouetter. Et j’ai ma mère et mon frangin de mon côté, donc c’est génial.

    Mais il y a du positif, à savoir enfin un BON endocrino qui va bien, et ça c’est quand même génial.

    Je vous embrasse toutes très fort :).

  5. C’est vraiment moche la réaction de ton père. 🙁
    Je ne peux pas prédire l’avenir, mais j’espere qu’avec le temps, il arrivera à dépasser cela et que vous pourrez à nouveau vous voir.
    Et pour l’endocrino, tu as eu de la chance dans ton malheur. Ça doit être rare d’obtenir un RDV aussi rapidement. J’espère pour toi que cette fois-ci sera la bonne. Bon courage pour la suite !

  6. C’est vraiment moche la réaction de ton père. 🙁
    Je ne peux pas prédire l’avenir, mais j’espere qu’avec le temps, il arrivera à dépasser cela et que vous pourrez à nouveau vous voir.
    Et pour l’endocrino, tu as eu de la chance dans ton malheur. Ça doit être rare d’obtenir un RDV aussi rapidement. J’espère pour toi que cette fois-ci sera la bonne. Bon courage pour la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.